Wingate et ses partenaires en première ligne pour alerter sur l'application de l'ordonnance "Covid" dans nos PME et ETI françaises

Pour faire face aux difficultés rencontrées par les entreprises après le confinement, le gouvernement met en place “l’ordonnance COVID” en mai dernier.  Un assouplissement de la réglementation permettant la reprise d’une entreprises en faillite par ses dirigeants eux-mêmes et qui suscite la polémique. Les associés de Wingate, ainsi que plusieurs acteurs de référence dans l’écosystème des traitements des difficultés d’entreprises font entendre leurs voix depuis quelques semaines pour alerter sur les risques de celle-ci.

Retrouvez ci-dessous la chronique de Victor Joanin pour RMC Info et l’article des Echos “Entreprises en difficulté : le rachat par les dirigeants crée des remous” qui donnent la parole à Stéphane Cohen, associé-fondateur de Wingate à ce sujet. 

Les Echos – 22 septembre 2020

 

“L’ordonnance de mai 2020 qui rend plus facile jusqu’à fin décembre 2020 le dépôt d’un dossier de reprise par les dirigeants d’une entreprise en faillite soulève la polémique. Les dossiers se multiplient. Certains redoutent des effets d’aubaine.”

[…]

« Le détournement de cette loi permet à certains de se débarrasser du passif et quelques fois d’une partie du personnel », soupire ainsi Stéphane Cohen, fondateur associé de la banque d’affaires Wingate. Selon lui, certains dirigeants souhaitent simplement « garder le périmètre qui les intéresse. Et pendant ce temps-là, les indemnités des salariés licenciés sont payées par le liquidateur, via les AGS (le régime de garantie des salaires, ndlr). »

Play Video