Les Bourses continuent de broyer du noir

15 juil 2013 à 15h55 par - Webmaster
Le CAC 40 a perdu 1,71%, terminant la séance sous les 3600 points.
Encore une journée sombre en Bourse. Le marché parisien, déjà fragilisé par le coup de frein programmé à
la politique monétaire américaine, n'a pas résisté à la rechute des Bourses asiatiques et aux inquiétudes sur la Chine.
Après un bref sursaut à l'ouverture, le CAC 40 a creusé ses pertes pendant pratiquement toute la séance, hmdi, pour finir en baisse de 1,71 %, à 3595,63 points, au plus bas depuis début décembre 2012. Avec ce nouveau repli, l'indice est re tombé dans le rouge depuis le début de l'armée, avec une perte de 1,25 %. Et, depuis la fin du mois de mai, lorsqu'il naviguait à plus de 4 000 points, il a perdu près de 12%.
L'ambiance est tout aussi morose sur les autres grandes places boursières. Londres a lâché 1,42 %, Francfort 1,24 %, Milan a perdu 0,93%, Madrid 1,91% et Lisbonne a dévissé de 2, 95 %. Et, à Wall Street, le Dow Jones clôturait à - 0,94% et le Nasdaq à - 1,09%. Toutes les classes d'actifs sont touchées par le choc provoqué mercredi dernier par la Fed. Les investisseurs, qui anticipent désormais une
hausse des taux d'intérêt, se détournent massivement des emprunts d'État (lire également ci -dessous).

D'autant que la Fed n'est pas la seule à adopter une posture plus rigide. La Banque centrale chinoise refuse toujours d'injecter de l'argent frais supplémentaire, en dépit de la pénurie de cash qui menace le secteur bancaire chinois et risque de gripper un peu plus encore la croissance du pays.
Lafarge, seule hausse du CAC 40 À Paris, hormis Lafarge ( + 1, 94%), qui va récupérer plus de 530 millions d'euros avec la vente de son activité plâtre en Amérique du Nord, toutes les autres valeurs du CAC 40 ont terminé en baisse. Les valeurs bancaires ont fait les frais de l'extrême tension qui s'empare des marchés obligataires. Société générale a perdu 1,37%, BNP Paribas 1,41% et Crédit agricole 2,16 %. Les valeurs cycliques ont également été sanctionnées, à l'image de Renault (- 2,65 %), Legrand (- 2,41 %), Saint-Gobain (- 2,06 %), ArcelorMittal (- 3,41 %) ou Eramet (- 4,07%). À noter que le groupe Monceau Fleurs, en difficulté, a armoncé lundi le lancement d'un projet d'offre publique d'achat lancé par ses actionnaires de référence et le fonds
Perceva Holding, prélude à sa restructuration.

Les résultats trimestriels s'annoncent moins bons que prévu à Wall Street

La moisson de résultats du deuxième trimestre 2013 risque d'être moins favorable que prévu à Wall Street.
Selon Thomson Reuters, les entreprises qui ont revu leurs ambitions à la baisse sont en effet 6,5 fois plus nombreuses que celles qui les ont revues à la hausse.
Les analystes ont également révisé leur jugement. Ils attendent désormais en moyenne une hausse de 3,2% des résultats trimestriels pour les sociétés du Standard & Poor's 500. Début avril,
ils tablaient sur un rebond de plus de 6 %. Les prévisions pour le reste de l'année sont en revanche bien meilleures, avec une estimation moyenne de croissance des résultats de 8,7% pour le troisième trimestre et de plus de 13% pour le quatrième. 

HERVÉ ROUSSEAU
hrousseau@leflgaro.fr